Bâtiment : comment effectuer un balisage de chantier ?

Les chantiers sont des lieux abritant l’exécution de différents travaux de génie civil ou de bâtiment résultant sur l’accomplissement d’un objectif. Ces derniers impliquent des opérations de construction ainsi que de démolition directement soumis à des risques d’empiètement d’activités, et demandent une organisation précise afin de coordonner les actions. Avec les modifications fréquentes de la zone de travail, l’utilisation des ressources humaines ou de l’équipement doit être anticipée et gérée à travers le signalement des changements. Le balisage doit notamment s’adapter à la nature du chantier afin de placer le matériel de notification de manière optimale, et bénéficier d’une visibilité maximale dans l’environnement.

Balisage avec du matériel mobile

  • Panneaux temporaires

La gamme de panneaux de signalisation temporaire certifiés permet d’indiquer des travaux avec un jeu de couleur (rouge et jaune), et reste généralement utilisée pour les chantiers mobiles. Celle-ci peut être placée sur la voie publique et les panneaux sont positionnés selon le type de route, le niveau de visibilité, et sa localisation géographique (autoroute, agglomération, etc.). L’ajustement du placement alertera les travailleurs d’un danger et tiendra compte de la vitesse de leur circulation. De ce fait, ces derniers pourront alors initier les manœuvres appropriées pour passer ou contourner les travaux en toute sécurité.

  • Barrières

Les barrières utilisées pour le balisage de chantier sont destinées à sécuriser des travaux en cours, délimiter des zones d’accès interdit, prévenir un franchissement de voie par un véhicule et autoriser un cheminement pour les piétons. Ces produits sont également disponibles à travers un large spectre de modèles s’adaptant aux besoins du chantier (barrière fixe, lisse, extensible, pliable, etc.).

  • Cônes

Les plots positionnés en amont d’un chantier servent de signaux et offrent la possibilité de visualiser les lieux de travaux ne devant pas être franchis. En outre, ce matériel orange et blanc dispose de bandes réfléchissantes pour faciliter la délimitation d’une trajectoire à suivre, et distinguer cette dernière des autres voies de circulation.

L’équipement statique

  • Grillages et filets

Le recours à des grillages et filets de balisage est indispensable pour établir un périmètre sécurisé et difficile à franchir. Rapide à mettre en place et économique, cet équipement de haute visibilité est généralement accompagné de l’utilisation de fiches de chantier et des piquets.

  • Piquets

Les chantiers sur accotement peuvent être balisés avec des piquets rouge et blanc dans le but d’annoncer un obstacle. Le matériel peut être précipité sur des zones de travaux en se fixant simplement dans le sol.

  • Balises d’alignement

L’usage de balises d’alignement rouges et blancs est applicable dans plusieurs situations grâce à leur visibilité élevée. Fixées sur un socle de caoutchouc, celles-ci notifient d’un danger, des modifications des plans de circulation ou la fermeture d’une voie causée par des accotements de chaussée, et peuvent alternativement servir de signalisation sur un axe routier dépourvu de marquage.

  • Séparateur de voies

La pose de séparateurs de voies est recommandée pour des chantiers de longue durée dans l’intention d’informer d’une interdiction d’accès à une route. La sélection du matériel de séparation dépendra d’ailleurs de la zone à baliser afin de gagner du temps de la place pour le transport.

Les balises lumineuses

Le chantier doit rester visible à toute heure de la journée par défaut, et celui-ci sera supporté par un équipement d’éclairage. Certains véhicules de chantier sont aussi capables d’assurer une partie de l’éclairage. Les signalisations lumineuses (feux et lampes de chantier, feux tricolores, triangles lumineux) suivent une règlementation stipulant l’ordre de positionnement se faisant dans l’ordre où les usagers les croisent : signalisation d’approche, ensuite signalisation de position et signalisation de fin de prescription.

Il fait noter que la perception des balises ne doit pas être compromise par la présence d’un obstacle capable d’altérer la prise de connaissance d’un usager. De plus, toute signalisation doit être retirée dans le sens inverse de la pose des signaux dès l’instant où elle n’a plus d’utilité.

Trouver un spécialiste de la location de matériel BTP en ligne
Quel aérosol choisir pour son marquage ?