Publié le : 07 septembre 20236 mins de lecture

Pour protéger votre façade des intempéries et empêcher l’eau de s’infiltrer à l’intérieur de votre maison, il faut entreprendre des travaux et rénover le toit. Cette opération doit être réalisée avec beaucoup de précaution, parce qu’il suffit d’un faux-pas pour compromettre la réussite de ce projet. Dans cet article, vous trouverez les erreurs les plus courantes et des conseils précis pour les éviter.

Ne pas miser sur une ventilation suffisante

Une charpente bien aérée est une condition incontournable pour éviter l’infiltration d’eau. Avec une mauvaise ventilation, l’humidité peut fragiliser votre toit et provoquer des dégâts importants sur les matériaux. La structure est alors déstabilisée en raison des gouttes d’eau qui stagnent sur surface de la charpente. Au fil du temps, l’eau finit par atteindre le plafond, ce qui peut causer des dommages encore plus graves. À noter que la ventilation doit se conformer aux normes indiquées dans les Documents Techniques Unifiés. Il s’agit donc d’une obligation imposée par la loi exposant les propriétaires qui y dérogent à des sanctions importantes.

Pour maintenir le toit au sec, les matériaux doivent être ventilés de manière dynamique et naturelle. Cette condition est irrévocable pour éviter les détériorations précoces et des dégâts très souvent irréversibles. Autrement, l’eau stagnante à la surface finit par attaquer les matériaux et par compromettre leur imperméabilité. Grâce à une ventilation dynamique, l’air chaud remontant le long du faîtage est évacué. L’air frais est simultanément conduit vers les conduits des égouts. L’aération du toit permet d’éviter les écarts de températures entre les combles et l’atmosphère extérieure. Vous voulez en savoir plus sur les travaux de rénovation pour protéger votre charpente ? Vous trouverez plus d’informations ici !

Pour plus d'informations : Pourquoi et quand faire ses travaux de rénovation de toiture ?

Choisir des matériaux de couverture inappropriés

Le choix du matériaux hydrofuge toiture doit tenir compte de deux données essentielles : la pente et la charpente. En effet, les tuiles en céramique et en terre cuite forment une couverture lourde fort déconseillée pour les charpentes légères. Il vaut mieux opter pour une matière moins encombrante comme les ardoises mixtes à base de filtres et de ciment. L’usage de matériaux lourds est uniquement autorisé après le renforcement de la charpente.

La pente est le second facteur à prendre en considération au moment de choisir les matériaux de couverture. Selon la réglementation mise en vigueur, le degré d’inclinaison doit être choisi en fonction de la géolocalisation de la maison, de l’environnement et des données météorologiques, de la surface à couvrir et de la technique de fixation. Ainsi, pour protéger une pente forte, les ardoises en fibre-ciments sont votre meilleure option.

Il convient de rappeler que les travaux sont soumis à d’autres exigences comme le style architectural de la région. Par exemple, pour reconnaître les matériaux qui sont autorisés ainsi que les dimensions, les formes et les couleurs, il faut obligatoirement se renseigner auprès de la mairie.

À parcourir aussi : De la planification à la réalisation : Les étapes clés d'une rénovation réussie d'un hôtel complet

Ne pas engager un couvreur RGE

Très souvent, des propriétaires se lancent dans les travaux de rénovation eux-mêmes motivés par leur passion pour le bricolage. Et c’est là l’une des erreurs monumentales que vous puissiez commettre ! La rénovation d’une toiture est une opération délicate qui requiert le savoir-faire de couvreurs professionnels. Seul un expert est capable d’indiquer quand rénover sa toiture, quels matériaux choisir et quelles techniques correspond le plus aux spécificités d’une façade. De plus, le recours à un artisan RGE est incontournable pour obtenir les aides prévues par le gouvernement et par les établissements bancaires.

Rappelons que ces travaux s’inscrivent dans le projet de transition énergétique et que l’État fournit des subventions et des primes non négligeables permettant de financer les travaux de manière partielle ou totale selon le degré d’éligibilité du propriétaire.

Ne pas renforcer l’isolation de la maison

Beaucoup de propriétaires ne saisissent pas l’occasion de ces rénovations énergétiques et omettent de renforcer l’isolation de leur maison. Pourtant, le confort climatique de votre intérieur en dépend. Été comme hiver, un toit bien isolé permet de limiter les perditions d’énergie, ce qui se traduit par une baisse considérable de l’utilisation du chauffage et de la climatisation.

Un couvreur qualifié sera donc en mesure de calculer l’épaisseur d’isolation adéquate pour votre toit. Doté des compétences et des connaissances requises dans ce domaine, il saura appliquer les techniques d’isolation les plus adaptées en éliminant les zones vides entre l’isolant et le toit. Cela permet de réduire les risques de condensation qui pourrait compromettre la solidité de la couche de couverture.

À savoir : Harnais, ancrages, échafaudages, garde-corps, isoler en toiture en respectant les règles de sécurité est une obligation légale.