Quels sont les avantages du plancher collaborant ?

Il est important d’opter pour les matériaux de qualité pour le déroulement des projets de construction. Chaque partie d’édifice à construire demande un soin particulier. Afin de vous faciliter les travaux, vous avez de nombreux types de planchers. Leurs caractéristiques ainsi que vos besoins vont guider vos choix. Mais pourquoi choisir ce plancher collaborant ? Découvrez les avantages du plancher collaborant.

Qu’est-ce que le plancher collaborant ?

Le plancher collaborant, c’est un planché mixité qui est de l’association du béton et de l’acier. Cette association est née de désir d’allier une résistance à une compression et une résistance à une traction. Il est la structure du gros œuvre porteuse qui est destinée au rez-de-chaussée. Si le béton résiste, en effet, à une compression, il se casse, par exemple, quand il y a traction. Ainsi, on peut l’utiliser tout seul dans une réalisation de la dalle. Cette dernière est généralement appelée à subir certains mouvements comme la flexion. Dans ce cas, l’association de béton à un matériau qui est extrêmement résistant en traction comme l’acier permet un alliage parfait.

De plus, le plancher prend de facto un nom de plancher collaborant. Il en résulte et est mixte dans sa constitution. L’acier n’est généralement pas le seul matériau qui résiste à la traction. Aussi, le bois joue bien ce rôle. Ainsi, il ne peut logiquement exister que 2 types de planchers collaborant. Ce sont le plancher collaborant en bois et le plancher collaborant en acier. Pour plus d’informations, cliquez sur www.iddea.fr

Les avantages de plancher collaborant

Le plancher collaborant convient aux plusieurs types de bâtiments. Ses avantages sont aussi multiples que variés. La rapidité d’installation évite les efforts considérables. Le béton collaborant s’adapte aussi avec facilité aux nombreuses formes. Le découpage est également peu compliqué. Relativement, le coût de plancher est bas et il fait de lui est plancher qui est le moins cher. L’installation de différentes sortes des revêtements est possible. La grande résistance du plancher s’observe toujours même en présence des sortes charges. L’utilisation dudit plancher réduit aussi les risques d’incendie.

Pour quelles applications

Il faut garder à l’esprit que ce plancher mixte a généralement pour vocation première une séparation entre les divers étages de la construction. Par conséquent, il peut être utilisé pour une construction de la majorité des bâtiments publics. Il présente également la particularité d’être utilisable pour une rénovation et pour une construction. La première caractéristique de plancher collaborant, c’est son côté mixte. Les bacs aciers qui sont en tôle mince et nervurés tiennent aussi lieu chez lui du coffrage. 

À eux s’ajoutent des armatures et une dalle en béton qui est coulée sur place. L’acier étant par nature résistant à une traction forme donc un bon tandem avec un béton qui résiste à une compression. Les nervures inclinées sur une tôle en acier permettent également l’adhérence du béton et de l’acier pendant le déroulement du coulage. Le plancher collaborant ne nécessite pas les additifs comme les poutrelles ou les solives puisqu’il est léger.

Comment faire ?

La mise en œuvre du plancher collaborant est simple. D’ailleurs, c’est ce qui le rend très facile à réaliser. Tout d’abord, il faut veiller à établir chacun de bacs en acier. Grâce à des connecteurs soudés ou des clous, ces derniers vont être fixés sur leur support. L’étayage est obligatoire. Le nombre d’étais est cependant défini selon chaque bac et la portée de plancher en construction. Notamment, il ne faut pas oublier de mettre une couche d’isolant phonique et thermique sous le bac acier pour optimiser la qualité du plancher. De plus, les étais peuvent aussi être retirés quand le béton est entièrement sec. Avant de le faire, il est recommandé d’attendre au moins 28 jours afin d’avoir un béton de qualité. 

L’autre technique de réalisation de plancher collaborant consiste généralement à se servir des goujons pour connecter les poutres métalliques. Un glissement d’un matériau sur un autre est ainsi évité et une bonne transmission de charges assurée. Il est indispensable d’installer un treillis soudé. Cela permet d’éviter que cette dalle se fissure durant le retrait du béton. Ce dernier donnera un caractère qui est plus compact à l’ensemble et une certaine uniformité. Il faut que les tôles sur lesquelles un béton doit être soient proprement tenues. 

Le plancher risque, dans le cas contraire, de subir des déformations. Pour la réalisation de coulage, certains aménagements pratiques doivent aussi être pris. Une pompe à béton doit, à cet effet, être employée sur un minimum de cinq centimètres d’épaisseur dans une limite de trente centimètres en plus de la hauteur de coffrage. La technique est également la même quand un plancher mixte fait usage de bois. Il suffit de connecter des poutres en bois à une dalle béton qui est coulée par intermédiaire de goujons d’ancrage. Le bois résiste ainsi à la traction et le béton à la compression. 

Pourquoi louer un box de stockage ?
Les avantages d’une plateforme élévatrice de personnel